Dépollution et déblaiement, premiers grands chantiers pour la cathédrale de Nantes

Dépollution et déblaiement, premiers grands chantiers pour la cathédrale de Nantes

Les interventions autorisées étaient jusqu'à présent très limitées. Désormais, l'urgence est de dépolluer de la cathédrale ainsi que de déblayer les nombreux vestiges, notamment sur la tribune d’orgue (vestiges de l’orgue, pierres, vitraux…).

En effet, lors de l'incendie du 18 juillet, la combustion des tuyaux du grand orgue

à causée une très importante pollution au plomb sur l'ensemble du bâtiment. Une

première étape de dépollution se déroulera de décembre 2020 à fin février 2021.

Puis durant l'année 2021, une deuxième phase de dépollution de plus grande

ampleur sera réalisée.

En parallèle, le déblaiement de la tribune de l'orgue, concentrant un grand nombre

de vestiges de l’instrument et du buffet, va être opéré. Pour ce faire, l’installation

d’échafaudages et l’emploi de machines de levage seront indispensables.

Une fois ces différentes étapes réalisées, des actions de restauration pourront être

envisagées avec en premier lieu un diagnostic complet sur l'état de la cathédrale

et plus particulièrement sur les voûtes et la tribune.



Un peu d'histoire !

L 'orgue de tribune est le résultat de plusieurs campagnes de construction. Il a été

commandé en 1619 au facteur d'orgues Jacques Girardet par le chapitre de la

cathédrale de Nantes. Sous l'Ancien Régime, l'orgue a été agrandi et restauré à

deux reprises. Une première fois par Adrien Lépine en 1767 (décennie durant

laquelle des tourelles et atlantes sculptés sont ajoutés au buffet d'orgue) puis par

François-Henri Clicquot, «facteur du Roy », en 1784. Il a survécu à la Révolution

française, période durant laquelle de nombreuses orgues ont été détruites.

Vers 1850, l'état de conservation de l'instrument est jugé préoccupant. Suite à ce

constat, la soufflerie est changée par le facteur Merkllin en 1866. De nouveaux

travaux de restauration et d'agrandissement sont entrepris en 1933 par la maison

nantaise Debierre ainsi qu'en 1971 par la manufacture Beuchet-Debierre afin de

réparer l ' instrument alors en mauvais état depuis la Seconde Guerre mondiale. En

1972, quelques semaines après l'inauguration de l'orgue, un incendie ravage la

toiture de la cathédrale d'accorder, mais presque intact son instrument et son

buffet.

Le 18 juillet 2020, l’incendie survenu en la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de

Nantes a ravagé le grand orgue de tribune et son buffet. L’orgue est à 99%

détruit. Il ne subsiste plus que quelques vestiges, pour la plupart calcinés. Cet

orgue était composé de 4 claviers (grand orgue, positif, récit et bombarde), de 74

jeux et était électrifié depuis 1971. Il était situé sur une tribune dédiée à l’entrée

de l’édifice.

L’orgue de tribune était inscrit au titre des Monuments Historiques depuis le 30

avril 2020 et une procédure de classement était en cours avant l’incendie. De plus,

un vaste programme de travaux de restauration avait été prévu suite à une étude

réalisée début 2020 par M. Roland Galtier, technicien-conseil spécialiste des

orgues du ministère de la Culture.